Père Calounge, Père Eden, Mes chers amis
Je suis ingénieur Edouard Desvarieux, ancien élève salésien de l'ENAM à Port-au-Prince, président de l'HaSAA, une association fondée par père Jacques Mésidor.

Au nom des membres de l'Association des Anciens et Anciennes Elèves Salésiens Haitiens de New York, des parents et amis du père Jacques Mésidor, je remercie le père Calounge pour cette célébration solennelle, les membres de la chorale qui ont animé cette messe, ainsi que les membres de l'assistance.

Père Jacques Mésidor est décédé en Haïti, à Fondation Vincent, Cap-Haïtien le lundi 15 Septembre dernier, à 5:30 de l'après midi par suite d'une longue maladie qui lui a rivé sur une chaise roulante pendant 2 ans.

La nouvelle de la mort de ce prêtre salésien haïtien avait plongé dans la consternation tous les membres de l'Association des anciens et anciennes élèves salésiens de New York. Père Jacques Mésidor était pour nous un ami et un frère: un supérieur qui s'abaissait au niveau de ses élèves que durant les réunions ou les excursions on ne pouvait le distinguer des autres anciens élèves. Comme fondateur et aumônier de l'association, il maintenait une correspondance régulière avec nous par téléphone ou par Internet. Personne ne pouvait se rendre compte qu'il serait sur le point de nous laisser. Au téléphone, avec sa voix rassurante et enthousiaste, il se renseignait toujours de l'autre, vous informait des nouvelles concernant l'Eglise, ou les pauvres de son pays, et vous donnait encore des conseils.

Nous allons manquer en père Jacques Mésidor, un vaillant prêtre salésien haïtien. Le vent du Nord l'avait entraîné, l'esprit du roi l'avait frôlé. L'amélioration de la condition des démunis et des plus pauvres était pour lui une mission. Il a été en maintes fois à coté des opprimés qui militaient clandestinement contre le régime dictatorial d'alors. A ses confrères qui avaient peur pour sa vie, il leur disait : " Il faut avoir le goût du risque et le sens de la catastrophe ". Mgr. Constant, durant les obsèques, a dit que père Jacques Mésidor était un politicien. Tandis que son confident, l'historien Michel Soukar décrit ainsi son état d'esprit, dans le livre intitulé : "Jacques Mésidor et son Temps ":

" Face aux souffrances d'un peuple écrasé par une tyrannie au service des puissants de ce monde, toute lâcheté prend le visage hideux de la complicité avec l'oppression. Tout refuge dans le confort et le silence s'apparente à la lâcheté. "

Bénit soit la mémoire des parents Mathieu Mésidor et Cornélie Cinéas qui lui ont fait voir le jour, le 24 Juillet 1928 à Limbé, Cap Haïtien, Haïti. Ces parents ont donné au pays et à l'Eglise, non seulement un grand patriote haïtien, mais aussi un directeur et un fondateur d'institutions.

Jacques Mésidor obtint son Certificat de fin d'Etudes primaires à l'Ecole Nationale du Cap, à l'age de 11 ans et rentra chez les Salésiens, à Port-au-Prince en 1940.

En 1948, il commença les études nécessaires pour la prêtrise. Il fut ordonné prêtre, au Limbé, le 13 Juillet 1958. Ainsi il est devenu le premier prêtre du Limbé et le troisième prêtre salésien haïtien. Tout de suite après son ordination, il est retourné en Europe pour achever ses études en philosophie.

A son retour, il devint le premier aumônier de Cité Simone, plus tard Cité Soleil, où il se consacrait aux travaux de catéchèse et d'enseignement de 1959 à 1961. A cause de ses sermons jugés menaçants, le dictateur est venu en personne lui annoncer son transfert pour le Cap.

Ainsi, il est nommé directeur de la Fondation Vincent au Cap-Haïtien de 1961 à 1966.

Le 17 Mars 1966, il refusa l'opportunité de devenir évêque en répondant à son supérieur qu'il aspirait à l'efficacité, à la tranquillité et à l'humilité.

De 1966 à 1972, il devint directeur de l'Ecole Nationale des Arts et Métiers de Port-au-Prince et Délégué provincial.

                                                D iscours du président Edouard Desvarieux
                                                                                         Au cours de la Messe concélébrée 
                                                                                      à l'intention du Père Jacques Mesidor
                                                                           le Samedi 22 Novembre 2008, Brooklyn, New York.

           Le comité directeur de l'Association des Anciens et Anciennes Elèves Salesiens de New York a organisé une messe à l'intention du fondateur et l'aumonier de l'association. Cette messe a été concélébrée par le père Lemaine Coulanges assisté du père Eden Jean-Baptiste dans l'église "OUR LADY of MIRACLES" située à 757 East 86th Street, entre Flatlands Ave et Glenwood Rd à Brooklyn. Ce fut une obligation pour l'association et aussi un moyen de receuillement et de prière pour ceux qui n'ont pas pu se rendre au Cap-Haitien lors des funérailles du regretté Père Jacques Mesidor .

Après la communion, le président de l'Association prononça ce discours de circonstance rappelant ce que Père Jacques a été pour nous autres dans la diaspora ainsi que pour les jeunes pauvres haitiens de notre chère Haiti.


En Novembre 1974, de retour d'un voyage d'étude en Europe, ce fut la Fondation de l'HaSAA, Inc. Association des Anciens élèves salésiens de New York en collaboration avec Me Arnold Pierre.
Père Mésidor voulait promouvoir l'animation sociale et culturelle des anciens élèves vivant à l'étranger. En 1976, les filles de Marie Auxiliatrice furent associées à l'Association

Grâce à ses démarches, l'Association acquit en Septembre 1980, un building situé à Winthrop Street qui sert aujourd'hui, de siège social et aussi de source de revenue. Sous sa direction, une caisse de secours appelée " Emergency Help Fund " fut crée dans le but d'aider les membres en cas d'urgence.

En 1981, la promotion comme évêque lui est encore annoncée. Cette fois il répondit ainsi : " Je n'avais pas besoin de mitre et de crosse pour accomplir mon travail, au ras du sol avec les pauvres et les opprimés.
En face des choix de ce salésien qui suivait pas à pas le chemin tracé par Don Bosco, Michel Soukar ajoute : " Pour aller vers l'autre, vers celui qui sans avoir besoin d'ouvrir la bouche, hurle sa misère à tous vents, le chemin, pour un ecclésiastique comme Jacques Mésidor, commencera forcément par l'action caritative. "

En 1983, sous sa direction, le Centre Diocésain des Arts et Métiers de Bergeau, des Cayes, ouvre ses portes.

En 1984, pour célébrer la dixième anniversaire de l'Association, il publia ses expériences avec les anciens et anciennes élèves de New York dans un livret intitulé : " Dix ans d'une Expérience de Convivialité dans la Diaspora. "

Entre temps, sans se reposer, il continue de penser aux besoins des jeunes d'Haiti. Il obtint de Rome le statut de vice-province pour la communauté salésienne d'Haïti, avec pouvoir de fonder des œuvres, et d'accorder des obédiences. La communauté salésienne d'Haïti fut dotée du pré-noviciat, du noviciat, post-noviciat ainsi faisant fonction d'Institut Supérieur de Philosophie, dépendant directement de l'université Pontificale salésienne de Rome.

Ainsi donc, il est nommé premier supérieur de la Vice-province d'Haïti de 1992 à 1998.

En 2002, sur demande de Mgr Hubert Constant, les bases de l'Ecole polytechnique Don Bosco de Fort Liberté furent jetées

En 2007, l'ouverture de l'Ecole polytechnique de Bigot, aux Gonaives,
Portant le nom du Cardinal Keeler, archevêque de Baltimore.

Après toutes ces réalisations, quelle a été sa récompense ? Aucune.

Le 13 Juillet 2008, on a fêté sa cinquantième année de sacerdoce, et le 24 Juillet 2008 son quatre vingtième anniversaire de naissance. Et deux mois plus tard, en route vers son Créateur, il est parti sans un sou, sans rien laisser pour sa famille : l'exemple de sacrifice totale d'une vie pour la jeunesse haïtienne.

Père Mésidor a souhaité que nous soyons des citoyens haïtiens jouissant de tous les droits de notre société et, par surcroît, des chrétiens engagés dans la propagation de l'amour et de l'entraide du prochain.

Il nous a donné l'exemple en travaillant sans relâche pour améliorer la condition des autres. Et il est resté fidèle à sa mission jusqu'à la fin de sa vie. Malgré sa formation intellectuelle profonde, sa visibilité et ses contacts à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, il n'a pas succombé à la tentation de l'honneur et du pouvoir. Il a préféré de vivre pauvre à coté des pauvres, à l'exemple de Don Bosco.

Nous autres de l'Association des Anciens et Anciennes élèves salésiens de New York, anciens élèves salésiens à l'intérieur du pays et dans la Diaspora, nous nous efforcerons de perpétuer son exemple et d'évoluer vers cet idéal d'excellence, de liberté, de fraternité et de solidarité qu'il a rêvé de voir briller sur notre communauté

Que Don Bosco et Marie Auxiliatrice intercèdent pour père Jacques Mésidor
auprès du Seigneur afin qu'il trouve sa place bien méritée dans le ciel.

aaaaaaaaaaaaiii